Atelier chansons « mémoire » à Mandres les Roses

alzheimer-300x200

Depuis un an, un lundi sur deux, je me rends à la résidence Verdi de Mandres les Roses pour un atelier chansons un peu particulier. Lundi dernier il avait lieu au rez- de- chaussée de l’établissement, plus exactement au sein de l’unité de vie protégée (UVP).

Géraldine, une des deux animatrices de la maison, m’attendait dans l’unité. Elle avait pris soin de réunir les résidents et de compléter l’assistance de trois personnes du 2 ème étage (ceux qui souffrent beaucoup), et de deux privilégiées valides et autonomes.

C’est bien le mélange des genres. C’est bien que ceux de l’UVP aient la visite des autres. C’est bien que les plus valides aient accès à cette unité et côtoient aussi des résidents en grande souffrance.

Eux ne font pas de différences. Ils chantent ensemble et s’entendent très bien.

Les deux privilégiées étaient Thérèse et Eva.

Ceux du 2 ème étage étaient Michèle, Jeanette et Ida.

Ceux de l’UVP étaient Marie, Odette, Germaine, Hubert, Jacqueline, Madeleine et Anna.

Je vais me souvenir longtemps de Thérèse caressant la main ou la joue d’Ida pendant tout l’atelier  pour essayer de l’apaiser. Tant de bonté dans ses yeux.

maladie-d-alzheimer-300x200

Les résidents de l’UVP sont, par définition, en huis clos, dans un espace protégé, et ne voient que rarement les autres résidents.

Cela arrive parfois, comme la semaine dernière lors des anniversaires. Tout le monde était réuni et tout le monde s’est parfaitement entendu.

Il serait bon pour tous que cela arrive plus souvent. Les gens de l’unité protégée sont enfermés pour leur sécurité. Fréquenter les autres est bénéfique pour eux. Ce n’est pas parce qu’ils perdent la tête que l’on doit les priver de vie sociale.

L’animatrice Géraldine partage mon point de vue à ce sujet et c’est pour cette raison qu’elle avait pris soin de mélanger les résidents lundi dernier.

Les résidents de l’unité étaient tout de même en surnombre puisque cet atelier leur est consacré. Ceux de 2 ème étage pouvaient profiter de l’ambiance, en somnolant dans leur fauteuil-lit. Eva et Thérèse pouvaient chanter avec nous, ce qui avait pour effet de stimuler ceux dont la mémoire et la concentration peuvent défaillir.

Les soignantes présentes ont été au top, comme c’est régulièrement le cas dans cette unité. Rokia (d’origine Malienne) et Irina (d’origine Polonaise), ont participé comme il faut, avec toute l’affection qu’elles ont pour les résidents, en les stimulant par le toucher, la parole et le regard. Bravo!

De son côté Géraldine n’était pas en reste. Non seulement elle respecte mon travail  mais elle chante à l’oreille des résidents, tape dans les mains ou sur la table avec eux. C’est aussi ça être animatrice.

Je prends très à coeur ces ateliers bi-mensuels. Plus que jamais j’ai l’impression d’être utile et lundi, en vue des résultats obtenus, j’étais très fier car les progrès des résidents sont considérables.

Quand je parle de progrès je ne parle pas de performance de chanteur évidemment. Je parle de concentration, de plaisir , d’enthousiasme. 

Les personnes souffrant de maladie comme celle d’Alzheimer par exemple (90% des résidents en unité protégée) ont une tendance à se déconnecter assez vite, piquer du nez ou encore être excessivement tendus, énervés, et ne pas supporter d’autres présences.

C’était un peu le cas quand j’ai commencé les ateliers à Verdi.

Anna avait la bougeotte, elle faisait les 100 pas dans le couloir en parlant fort. Marie ne tenait pas en place et se levait toutes les trente secondes puis se rasseyait. Jacqueline écoutait dans son coin. Germaine et Odette ne venaient pas. Madeleine dormait et criait à son réveil. Hubert piquait du nez.

Rien de tout ça lundi . Ils sont tous restés concentrés, animés et joyeux. C’est de cette fierté là dont je vous parle.

Nous avons fait quelques quizz musicaux, et une fois de plus Eva (99ans) et Hubert se sont tirés la bourre.

Côté répertoire, à part quelques « Edith, Alain ou Yves » , nous avons fait un spécial « Michel ».

Le but était pour les résidents de deviner de quel Michel il s’agissait.

Delpech à donc eu la part belle, suivi de Sardou, Fugain et Polnareff.

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B000S0YKT4&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000S0YKT4Nous avons d’ailleurs commencer par un Delpech, « Pour un flirt » car Anna me regardait fixement en faisant La…La…La…la… j’ai donc enchaîné sur cet « à propos » bien involontaire.

Nous avons chanté un étonnant et dynamique Bambinoir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B004DEYXFM et un émouvant Je n’aurai pas le tempsir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0025I5QKOIls ont tapé dans les mains  ou sur la table, ils semblaient heureux de le faire. Odette qui parle peu a sourit pendant une heure et a même chanté avec les autres.

Jacqueline est étonnante. Elle se rappelle de toutes les paroles des chansons et chante avec bonheur. Il faut juste qu’elle soit stimulée par le regard.

Madeleine semblait somnoler mais elle tapait d’une main sur la table au rythme des musiques proposées et chantait les yeux fermés.

Enfin bref, tous m’ont donné’l’impression de prendre du plaisir et m’ont d’ailleurs remercié de ce moment avec eux lundi.

Le plaisir était largement partagé et franchement je ne demande pas mieux que ce que j’ai vu lundi.

Hâte du prochain atelier, programmé en janvier…l’approche des fêtes stoppant toute autre forme d’activité. C’est bien dommage.

acoustic-guitar-1851512_960_720-300x200

Si la musique ne soigne pas la maladie d’Alzheimer, elle apaise les angoisses et fait travailler la mémoire ancienne et récente. Elle distrait et touche toutes sortes d’émotions. 

Les ateliers que je propose permettent à des personnes en souffrance d’être dans le plaisir.

711x400_gettyimages-178541982-300x169

 

La maladie D’Alzheimer en France:

Cette maladie n’épargne absolument personne. Riches ou pauvres, puissants ou pas, hommes et femmes. Tout le monde est concerné, les malades et les familles.

Elle devrait toucher un français sur 4 de +de 65 ans d’ici 2020, c’est à dire demain!

Une famille n’est souvent pas préparée à affronter cette maladie, et les parents d’une personne atteinte sont régulièrement dans le déni au début. Parce que cette maladie « fout les jetons », parce qu’on n’ose rarement prononcer son nom, même en famille. D’où l’urgence de la connaître mieux.

Alzheimer c’est 850 000 malades et près de 3 millions de Français touchés directement ou indirectement par la maladie.

225 000 nouveaux cas chaque année, ce qui fait qu’en 2020 le chiffre pourrait atteindre 1 275 000 malades.  Nous avons donc interêt à être informés.

Les structures sont encore peu nombreuses et les traitements curatifs inexistants.

Encore trop de personnes déclarées atteintes se retrouvent dans des maisons de retraite inadaptées où ils sont gavés de tranquillisants.

Le dépistage existe et il est recommandé à partir de 50 ans, surtout pour ceux qui ont déjà eu un cas dans leur famille.

Lorsque la maladie est déclarée, il est souvent bien tard pour des traitements préventifs visant à retarder l’évolution de celle-ci. Il est donc important de ne pas attendre les premiers symptômes.

C’est d’ailleurs tout l’enjeu des tests de dépistage. Déceler la maladie le plus tôt possible. Il faut savoir que cette maladie s’immisce dans le cerveau une vingtaine d’années avant que l’on puisse en constater les premiers signes.

L’association France Alzheimer dont le site ci-dessous est très complet, vous écoute , vous dirige, vous aide le mieux possible.

http://www.francealzheimer.org/presse/journée-mondiale-alzheimer-prévenir-et-aider-pour-mieux-vivre-la-maladie/461

alzheimer-1-300x229

 

Alzheimer chez les moins de 60 ans:

Les moins de 60 ans sont en évolution permanente. Les « Alzheimer jeunes » comme on les appelle, sont de plus en plus nombreux. Peu de structures existent pour eux. Le premier centre en France est celui de Cesson (77) et il a ouvert ses portes  en 2015: C’est la résidence « Le Chemin » !

Hélas pas de site internet pour la résidence mais un lien tout de même:

http://espoir-alzheimer.com/la-residence

La résidence «  le chemin » accueille une cinquantaine de personnes de moins de 60 ans souffrant d’Alzheimer. Ces malades sont environ 25 000 en France et leur population augmente de 5 000 cas environ par an. D’ou la nécessité de créer des structures d’accueil, et vite si possible.

alzheimer1_w837_h553_r4_q90-300x198

Ces unités proposent des prises en charge non médicamenteuses.

Un jeune « alzheimer » (moins de 60 ans ) peut se retrouver assez facilement en unité psychiatrique.     Plus les cas sont jeunes, plus les périodes dites « de démence » sont nombreuses, plus ils peuvent finir en H.P.

Le CNRMAJ (centre national de référence des malades alzheimer jeunes) peut vous venir en aide.

Notre pays a besoin de structures, tant pour les personnes de + de 65 ans que pour les « jeunes Alzheimer » (moins de 60 ans). Quand on parle de moins de 60 ans, ce sont surtout des personnes qui ont entre 50 et 60 ans, mais des cas plus jeunes encore ont été déclarés. Certains ont même la trentaine.

Le plus jeune cas au centre de Cesson(77) a 38 ans.

N’attendez pas pour passer les tests si vous avez des cas dans vos familles.

Je vous conseille vivement de lire le lien ci-dessous, très clair et complet:

Les tests de dépistage d’Alzheimer

Pour finir je vous recommande quelques ouvrages, complets, simples et utiles.

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2253167010&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=2253167010q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2955544809&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21
q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2850086908&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=2850086908

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *