Animation musicale à Paris 12

Vincent-de-Paul-233x300

Une première pour moi ce vendredi 24 novembre à la résidence Parisienne « Catherine Labouré » dans le 12 ème.

L’établissement vient d’ouvrir ses portes, le 8 novembre dernier. J’étais donc le premier intervenant dans cet établissement flambant neuf qui sent encore la peinture fraîche.

Monique, l’animatrice de l’établissement me connaissait bien puisque son ancien poste était à la résidence Antoine Portail dans le 6ème arrondissement, établissement que je fréquente régulièrement et dont je parle fréquemment ici.

Les anniversaires à Paris 6

Les deux établissements sont étroitement liés. Tous deux font partie de l’association Monsieur Vincent. Certains résidents ont donc quitté «Antoine Portail » pour s’installer à « Catherine Labouré » mais la structure neuve du 12 ème arrondissement est loin d’être pleine.

Cela va prendre encore quelques semaines pour que les 106 lits prévus soient occupés.

L’établissement est composé d’un EHPAD (où j’étais ce vendredi) mais aussi d’un foyer logements pour ceux qui ne sont pas malades et donc plus autonomes.

Comme il n’y a pas grand monde encore, Monique a décidé de ne pas faire l’animation du jour dans la grande salle au rez-de-chaussée prévue à cet effet mais plutôt au 4ème étage, dans un espace ouvert sur le couloir et les ascenseurs.

Le 4ème étage est divisé en deux parties. Pour schématiser, je dirais que sur l’aile gauche on trouve les anciens résidents d’ «Antoine Portail » et sur l’aile droite des Soeurs et des Pères qui viennent de structures 100% Catholiques de différents quartiers de la Capitale.

J’avais donc comme public, un mélange de « laïques » et de Soeurs, mais aussi deux prêtres, dont Père Michel.

Je connaissais les résidents de l’aile gauche. Nous avons chanté ensemble maintes fois lors de mes prestations à la résidence de Paris 6. J’ai donc rencontré les autres pour la première fois.

J’en citerai deux : Soeur Jacqueline et Soeur Madeleine, deux femmes très agréables, souriantes, intéressantes, érudites, dotées de jolies voix « haut-perchées » comme sont souvent celles des Soeurs.

L’une d’entre elle, Jacqueline, se permettait même d’harmoniser les mélodies. C’est à dire qu’elle chantait à la tierce, quarte ou quinte avec moi, et c’était bien agréable. Je reconnais bien là l’habitude de chanter en chorale, notamment à l’église.

En tout cas elles étaient toutes deux bien sympathiques.

Père Michel est en grande souffrance. Il est immobile dans un lit-fauteuil et n’a plus accès à la parole, mais il m’a gratifié de superbes sourires et écarquillait les yeux pour ne pas en perdre une miette. C’était drôlement émouvant.

Une de ses amies, en visite ce vendredi, est restée avec nous pendant l’animation.

Quand je suis allé saluer Père Michel avant de partir, cette dame m’a dit qu’il venait d’un établissement où il ne se passait rien, où les résidents étaient laissés de côtés dans une étroite pièce, somnolents dans leurs fauteuils, et qu’elle était bien contente qu’il soit dans un nouvel établissement où il va enfin pouvoir profiter des animations.

Elle m’a aussi dit que ça faisait des années qu’elle ne l’avait pas vu sourire à ce point. J’étais très très ému. J’ai dit au revoir à Michel. Il m’a serré la main très fort en me fixant de ses yeux rieurs.

Rien qu’avec ça, j’aurais passé une belle journée. Mais en plus les soignantes présentes étaient vraiment sympas, et elles ont su faire la fête, danser, chanter avec moi, pour le plus grand bonheur des résidents présents.

Monique, l’animatrice, n’était pas la dernière à savoir faire la fête.

Fête en petit comité mais très agréable. Merci Georgette, Jocelyne, Monique.

Je le fais rarement mais ce vendredi j’ai conclu ma prestation en leur offrant Les torrents d’amourir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0044VP5OM, chanson de Line Renaud dont le texte a été écrit par Michel Delpech et dont je suis l’heureux compositeur.

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B0044VP5OM&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0044VP5OM

Ce single de l’album Rue Washingtonir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0044FEYQS sorti en 2009, a beaucoup plu, et pas seulement aux religieuses, à tous ceux qui étaient présents, même les soignantes.

Un mot sur Catherine Labouré puisque la résidence porte son nom.

Catherine_Labouré-212x300

Catherine Labouré alias Soeur Catherine de la Charité a voué son existence à Dieu et aux vieillards au sein de l’hospice St Vincent de Paul situé au village de Reuilly à Paris.

L’établissement actuel est situé rue de Reuilly et fait partie de l’association Monsieur Vincent. Vous aurez facilement fait le lien.

Catherine a aussi été témoin d’apparitions de la vierge. Ces apparitions sont à l’origine de la médaille miraculeuse… Je suis certain que vous connaissez cette médaille. Personnellement je l’ai porté autour de mon cou d’enfant (merci Grand Mère)medaille-vierge-miraculeuse-2-product-zoomed-300x300

Catherine à été béatifiée en 1933 et canonisée en 1947.

Elle laisse son nom à cet établissement bâti là où elle a voué sa vie aux autres et où elle est décédée en 1876.

J’étais ravi de rencontrer des nouvelles personnes et de découvrir un nouvel établissement ce 24 novembre et je sais que je vais y retourner souvent en 2018. Merci à tous les participants pour votre écoute et votre enthousiasme.

 

« Je n’ai été qu’un instrument.

Ce n’est pas pour moi que la Sainte Vierge est apparue.

Si elle m’a choisie, ne sachant rien,

c’est pour qu’on ne puisse pas douter d’elle.

Paroles de Catherine Labouré

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *