Michel Delpech: L’album « Comme vous » chapitre 6

Merci pour l’intérêt que vous avez porté aux 5 premiers chapitres de la Saga « Comme vous- Michel Delpech ». Je vous rappelle que vous pouvez les consulter sur ce site aux rubriques Biographie / Discographie si vous ne les avez pas encore lus.

Ce 6 ème volet  est consacré à l’ambiance qui régnait au studio et aux visites que nous avons reçues pendant les enregistrements.

Cette interview de Michel Delpech  date de 2010, soit 6 ans après l’album Comme Vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA.

L’extrait de « Jaloux » en acoustique est tiré d’une émission de William Leymergie pour France 3 Rennes enregistrée à Angers. Mon ami guitariste  Nicolas Perrot nous avait fait le plaisir de nous accompagner ce jour là.

 

Michel Delpech : L’ album «  Comme vous » 

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B000E0W3LA&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA

Chapitre 6 :

Lambiance générale:

En dehors des enregistrements, nous passions beaucoup de temps dans le petit salon juxtaposant la cabine du studio.

L’ambiance était excellente. On se relâchait, donc beaucoup de rires, de discussions sympas.

Des instants de franche camaraderie ….

Quand on faisait une pause, on essayait, et ce n’est pas simple, de faire une vraie pause, de décrocher , de ne pas parler de l’album en cours.

Des musiciens ou techniciens du son parlaient de leur vie, de leurs enfants. D’autres  racontaient quelques anecdotes plus ou moins croustillantes  sur certaines tournées, certains artistes. Voilà qui aurait fait plaisir à Laurent Boyer. C’est un peu une spécialité chez certains musiciens : les anecdotes!

Le meilleur moyen pour « débrancher » restait quand même le rire. Michel n’était pas le dernier en matière d’humour, et David Maurin et Gérard Bikialo étaient loin d’être en reste.

Capture-d’écran-2017-11-09-à-21.32.30-227x300

Michel Delpech est certainement l’homme qui m’a fait le plus rire dans mon existence.

De nature timide, Michel aimait se retrouver entre hommes , non pas par misogynie mais parce qu’il estimait que l’album que nous faisions était une histoire de mecs. Et je partageais ce point de vue.

Enfin bref, les pauses étaient l’occasion pour nous et surtout pour le chanteur de faire plus ample connaissance avec tout le monde.

Michel s’intéressait vraiment aux autres. Toute histoire d’un autre le passionnait. Et toute histoire d’un autre pouvait se retrouver un jour de façon détournée dans un couplet.

Je pense que Michel Delpech était un auteur qui savait mélanger savamment l’ histoire d’un autre avec une de sa propre vie pour en écrire une troisième que chaque auditeur prenait pour la sienne. C’est aussi ça la force d’un grand auteur.

 

Et les pauses déjeuner en studio on en parle?

Ok on en parle :

Celui qui sonnait la cloche de l’heure du repas était immanquablement le même, Michel Delpech.

Michel et moi avions ce point en commun : le sacro-saint repas!

Nous nous sommes souvent retrouvés en tête à tête autour d’un bon repas. J’aurais l’occasion de développer ce sujet quand je consacrerai un chapitre aux tournées. Mais là je voudrais juste vous dire, le bonheur que j’ai eu à partager des repas avec cet homme gourmet, fine gueule, connaisseur, amateur de bonnes choses!

Avec lui chaque repas était une fête, ceux qui l’ont connu peuvent en témoigner ! Désormais, je vais garder en moi ces délicieux moments comme des cadeaux  précieux.

Michel était quelqu’un de très généreux. Il m’a invité dans des restaurants incroyables. Des brasseries en Belgique, des Bistrots de chefs étoilés en Province, des restaurants Italiens dans les rues fréquentées par les  « dames de la ville basse » à Liège, des cantines « Chinoises » à Paris, des restaurants de fruits de mer au pont de l’île de Ré (Au Belvédère chez l’ami Didier Vergnon).

382379_10150842320355849_1417747926_n-300x189
Notre dernière venue au Belvédère ( île de Ré) en 2011 sur la tournée Age tendre

C’est notre ami commun Didier Vergnon qui a pris ce cliché, et comme il aime le dire : « Sur cette photo, l’homme de la lumière est dans l’ombre et vice versa »

Il avait toujours une bonne adresse où que l’on soit. Le seul mauvais, très mauvais restaurant où nous avons mangé (enfin mangé… essayé de manger) était à Perpignan. Pas trop de temps devant nous, nous n’avions pas d’adresse particulière, il m’a laissé choisir, j’ai opté pour un « Vietnamien » … euh….. Désolé Michel.

Au début du chapitre 4, je vous disais que nous n’avions plus envie de sortir de ce studio, tellement nous y étions bien, concentrés sur notre projet commun.

Michel Delpech : L’album « Comme vous » chapitre 4

Seulement, nous avions beau être à fond sur cet album, plus motivés que jamais, il fallait quand même se nourrir un minimum pour tenir le coup n’est ce pas?

Une solution s’imposait donc à nous : La livraison à domicile.

Étant tous les deux inconditionnels de Sushis, nous nous étions renseignés sur les possibilités de livraison en la matière dans le quartier.

Une fois nous aura suffit. Pas bon du tout!

Branle bas de combat, je vois mon Michel qui se démène, passe deux ou trois coups de fil et nous dégote un excellent « Japonais » de derrière les fagots qui livre dans toute la capitale.

Et voilà à quoi ressemblait notre table du petit salon à chaque pause, à n’importe quelle heure, midi et soir.plateau-sushis-d-exception-300x183

Bien sur ce n’était pas que pour nous deux. Michel invitait également les musiciens présents et les techniciens. Mais bon disons que la moitié de la commande nous était quand même destinée.

Mais des fois, par manque de temps nous avions recours à quelques sandwichs. Et j’ai le souvenir très précis d’un Michel Delpech sortant rue de Seine pour aller chercher des sandwichs pour tout le monde.

Avant de partir il faisait une liste de « qui veut quoi, et comme boisson aussi » et il revenait les mains chargées de sacs en plastique pleins à craquer. Il en profitait également pour acheter des cigarettes pour tous les fumeurs (et nous étions nombreux) présents.

Quand il revenait avec les sacs à la main il lançait à la cantonade : « C’est pas Aznavour qui ferait ça les gars » !  Et un fou rire général de plus!

En fin de pause -repas, nous restions souvent tous les deux quelques minutes, pour nous remettre dans la réalisation. Nous avions besoin de ce moment entre nous, même pas longtemps.

Capture-d’écran-2017-11-11-à-16.33.20-300x136

 

Les Visites reçues:

C’est toujours sympa d’avoir des visites lorsqu’on enregistre un album et que l’on passe la plupart de notre temps enfermés. Comme je l’ai déjà raconté, nous évitions les contacts avec l’extérieur pour rester focalisés sur notre travail.

Malgré tout, les quelques passages amicaux que nous avons eu nous ont fait du bien.

Un album en construction c’est un peu secret, mais à la fois c’était bon de pouvoir faire écouter quelques extraits à des proches, même si nous étions certains  de la direction à prendre. Il n’y avait aucun risque pour que les avis des visiteurs changent quoi que ce soit à notre ligne de conduite.

Bénabar :

Michel-Delpech-Benabar-refuse-de-participer-a-l-album-hommage-300x256

Michel avait accepté l’invitation de Bénabar au début de cette année 2004 à aller le rejoindre sur la scène du Grand Rex, et ce dernier travaillait sur le mixage de ce spectacle dans le même studio que nous. Lui au rez-de chausée et nous à l’étage.

L’ami Bruno (puisque c’est le prénom de Bénabar) venait donc régulièrement nous faire un coucou, une bière à la main, notamment pendant l’enregistrement des rythmiques.

Michel avait de l’affection pour lui. Affection qui s’est transformée en véritable amitié au fil des années, et ce, jusqu’à la fin.

Régis Talar :

L’ancien patron des disques Tréma est venu nous voir au début des enregistrements, comme pour s’assurer du bon déroulement de ce projet dont il avait été l’initiateur (voir chapitre 1)

Michel Delpech : L’album « Comme vous » chapitre 1

La présence de Régis, homme élégant, toujours positif, faisait du bien. Une visite de sa part, même courte, nous regonflait pour la journée. Une présence paternelle en sorte.

Bruno Blankaert :

Bruno, directeur du grand Rex, était l’agent de Michel Delpech.

Homme de goût, discret, il est passé de temps en temps pendant les prises de voix du chanteur. Il a été un des rares témoins de la prise de voix sur Ce soir au cirque (chanson pour Emilie)ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0115J3C9U .

Un moment magique que je raconterai en détail dans les articles concernant les chansons. C’est pour l’année 2018, ça devrait s’appeler « Histoires de chansons », et chaque titre sera décortiqué, de sa création à sa sortie.

Bruno ne s’est jamais immiscé dans notre travail. Il nous faisait confiance. L’essentiel pour lui était que Michel soit bien.

La maison de disque:  AZ 

AZ records est le label d’Universal qui avait fraîchement repris le catalogue Tréma.

Ce sont eux qui ont produit « Comme vous » .

Michel et moi avions la crainte que la maison de disque vienne trop souvent donner un avis artistique sur la direction à prendre. Les personnes de chez AZ étaient évidemment les bienvenues mais nous voulions garder le pouvoir, et surtout rester entre nous.

Nous étions obligés de rendre des comptes de temps en temps à ceux qui finançaient, c’est bien normal. Leur faire écouter quelques titres en chantier par exemple.

Pour être tout à fait honnête, ils ont vraiment respecté notre travail et notre besoin de tranquillité.

Ils nous fait pleinement confiance.

Le directeur artistique du projet, Antoine Coinde, est venu de temps en temps nous voir. Il écoutait quelques extraits, s’assurait que nous ne manquions de rien, et nous fichait une paix royale.

13640735_654983351332116_7475969754076465171_o-300x252
Antoine Coinde

J’ai bien aimé cette attitude. Je crois qu’Antoine était assez impressionné, autant par notre énergie dépensée à faire un bel album que par le talent de chanteur et d’auteur de Delpech.

Merci Antoine pour ces visites respectueuses.

Les co-auteurs :

Dieu que Michel Delpech savait bien choisir ses complices d’écriture ! J.M.Rivat, P.Grosz, P.Grillet, F.Basset… Du talent dans la plume.

Deux d’entre eux nous ont rendu visite.

Pierre Grosz– co-auteur de Dans chatou qui dortir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE – s’est déplacé pendant la pré-production. Une bien belle rencontre pour moi que celle-ci.

pierre-grosz-grand-nom-de-la-chanson-300x169
Pierre Grosz

J’en dirai plus dans « histoires de chansons » mais sachez juste que quand cet homme là, auteur notamment des grands succès de M.Jonasz ( « Je voulais te dire que je t’attends », «  Les vacances au bord de la mer » entre autres) a écouté « Dans chatou qui dort » avec les larmes aux yeux, j’ai pris une sacrée claque.

Pierre Grillet:

Pierre est un homme très élégant, aussi bien dans l’écriture que physiquement. Une allure de Dandy et un charme fou. Il est souvent venu au studio Acousti, en amont des prises de voix, pour rectifier certains textes ou en finir d’autres, à quatre mains avec Michel.

Pierre-Grillet-300x200
Pierre Grillet

Il était présent pendant les voix témoins des titres qu’il a co-écrit : Solidaire de mes frèresir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX78GS et Sortie de couples (avec Paul et bérengère)ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX72NC.

Il est revenu plus tard au studio Ferber (studio où nous avons mixé l’album) quand nous avons enregistré les voix de  Elle ne passera pas un hiver de plus iciir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0115J3LW8 , autre titre qu’il a co-signé.

Pierre Grillet est l’auteur de petits bijoux pour Marc Lavoine, Johnny Hallyday, Alain Bashung, Vanessa Paradis…la liste est longue. Je cite deux chansons pour vous donner une idée:  « C’est la ouate » et     «Madame rêve » .

J’ai appris dernièrement qu’il animait des « ateliers écriture » à Paris. Ça doit être passionnant. Renseignez vous.

 

Manu Lanvin:

Manu-Lanvin_width1024-199x300

Pour la petite histoire, Manu Lanvin était copain avec Pauline Delpech, fille de Michel.

Pauline passait de temps au studio, excitée que son père prépare un nouvel opus. Un jour elle dit à Michel que Manu avait très envie de faire quelque chose sur cet album.

Michel m’en parle, je dis « pourquoi pas? »

Le sieur Lanvin débarque donc au studio. Je découvre un garçon charmant, tranquille, très respectueux. Il s’assoit, écoute quelques titres et nous dit qu’il serait ravi de jouer une guitare sur ce disque. Nous prenons note en le remerciant. Manu reste avec nous la journée entière.

Et il revient régulièrement nous voir. Nous sympathisons vraiment et un jour nous lui proposons une guitare acoustique sur La course du voyageurir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B010Y2Q8X6.

Capture-d’écran-2017-11-09-à-12.44.47-300x224

J’ai tout de suite aimé sa façon de faire. Très généreux dans l’attitude, hyper volontaire. Malheureusement nous ne garderons pas cette guitare au final, non pas parce ce que ce n’était pas bien, mais un jour de doutes, le réalisateur que je suis a tout changé sur cette chanson.

On a tout enlevé, tout refait, pour un résultat très moyen.

C’est le seul titre de l’album dont je ne suis pas très fier de la réalisation. Peut être parce qu’au bout du compte j’y joue toutes les guitares… Même si j’adore ce titre et ce qu’il raconte, sa réalisation est en marge du reste de l’album.

Sa version live au Bataclan est bien meilleure : La Course Du Voyageur (Bataclan Fevrier 2005)ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0025IA0H8

Pour en revenir à Manu Lanvin, il est de loin celui qui nous aura rendu le plus de visites.

Il est de ceux qui ont fait les choeurs sur Solidaire de mes frèresir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX78GS, sur la longue coda de la chanson. Une séance de choeurs de rêve! Des copains qui chantent ensemble et qui prennent plaisir à le faire, dirigés de main de maître par Christophe Marais.

Il y avait derrière le micro : Manu Lanvin, David Maurin, Alain Kohn, Bertrand Belin et moi même.

Si je retrouve l’extrait video de cette séance de choeurs dans mes archives, je la mettrai en ligne, c’est promis.

Au final, c’est Manu Lanvin qui jouera cette fameuse guitare solo sur le titre Comme vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0115J30TC . Il y a mis beaucoup de coeur et de passion, et il est venu en ami nous rejoindre sur scène au Bataclan, à la Cigale, au festival des vielles charrues et aux Francofolies.

Ce mec est extrêmement généreux. Je l’ai côtoyé quelques temps après, lors de la production de mon propre album. Manu y joue de la  guitare et du banjo, et j’ai mixé chez lui.

Lui aussi était impressionné par le charisme de Michel et avait un immense respect pour ses chansons, sa carrière, comme tous les musiciens. Et je crois bien qu’il aime vraiment cet album: « Comme vous ».

Manu et moi avons pré-produit un titre prévu sur Comme Vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA et qui au final n’y figurera pas. La chanson s’appelle « Je ne t’aurais pas vue ». Elle sortira plus tard sur l’album Sexair?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0024Y5Z3W, réalisé par Jean Philippe Verdin.

Allez hop, pour conclure ce chapitre, un cadeau:

La version « Bataclan » de « Photographe » . Cette chanson de 1983, co-écrite par M.Delpech et Pierre Grosz et dont la musique est de Louis Chédid.

J’aime beaucoup l’énergie sous-jacente très Rock de cette version, à travers notamment la guitare de Sauviat et l’attitude de Michel qui chante avec toute sa « testostérone ».

J’ai extrait cette chanson du DVD Michel Delpech : Ce lundi-là au Bataclanir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000BL1PVG qu’il semble bien difficile de trouver dans le commerce. Le tarif « neuf » chez amazon est prohibitif, c’est le moins qu’on puisse dire, mais on peut encore y trouver quelques exemplaires d’occasion.

La maison de disque pourrait peut être le rééditer? C’est un très bon concert de Michel Delpech. Il y chante ses grands succès réarrangés plus 9 titres de l’ album Comme Vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA.

Bon allez, je vais clore ici ce 6 ème chapitre de la saga, en espérant vous avoir accroché un sourire ou deux aux lèvres ou dans les yeux. Le prochain sera consacré aux autres musiciens et instruments de l’album.

Donc histoire à suivre…

 

4 réflexions au sujet de « Michel Delpech: L’album « Comme vous » chapitre 6 »

  1. Je me régale à lire tout ça… Que de jolis moments tu as du passer avec ce grand artiste… J’envie vos partages, vos rires… Merci de nous donner ça.
    Bises

  2. J’attends avec impatience chaque épisode de cette belle aventure , à plusieurs mains, à plusieurs voix, mais d’un seul cœur !!! ❤
    Que de beaux souvenirs , une expérience si riche au niveau des relations humaines et c’est un bonheur de vous lire, à chaque fois !
    Une légère frustration de ne pas avoir la suite aussi vite que l’on voudrait ! 🤨😉
    Merci, merci… 1000 X merci 🤗👏

  3. Encore une fois merci pour ce partage. Tu as dû vivre des moments qui sont devenus encore plus précieux maintenant….. l écouter parler et chanter est un vrai bonheur…. on a l impression qu’il est toujours parmi nous. En tout cas c est lui rendre un bel hommage…. et ce n est pas encore la fin du chemin…..
    tu devrais écrire un livre pour que tous ces moments restent définitivement….
    merci Laurent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *