Michel Delpech : L’album «  Comme vous » chapitre 8- part 3

 

« Je passerai l’arme à gauche puisqu’il faut qu’on nous fauche

S’il faut recommencer je recommencerai 

Pour un flirt, un soleil, un Mont Saint Michel »

(Michel Delpech / Pierre Grillet)  Solidaire de mes frèresir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX78GS

J’ai entendu bien des commentaires sur Michel Delpech. Avant notre rencontre, pendant nos 15 ans d’amitié, et au delà de son départ…

De beaux hommages rendus, notamment par des anonymes. Les gens que je croise me parlent volontiers de sa voix, de son sourire, de ses chansons, de sa foi, de sa prestance et sa présence sur scène, plus rarement  de ses textes, par ignorance  sans doute.

Son « côté auteur »  n’a pas souvent été mis en avant, en tout cas pas assez à mon goût.

Le chanteur Delpech avait réussi à gagner le coeur des Français, ce qui n’est pas rien!

 

fullsizeoutput_1a88-227x300
extrait de « Petit pays »

J’ai aussi entendu quelques conneries racontées par des soi-disant «spécialistes de la chanson Française » sur les plateaux d’infos lors de son décès, les mêmes qui le critiquaient ouvertement, alors que le pauvre Michel faisait son possible sur la scène du palais des congrès,  ignorant encore sa maladie mais très gêné pour chanter…J’étais là, je les voyais les vautours…

Entre parenthèses, ces mêmes trous du cul faisaient la queue devant sa loge pour le « féliciter ». Spécialistes de rien …de leur bêtise et de leur méchanceté certainement!

J’ai entendu aussi pas mal de saloperies après ses obsèques, de la part de quelque ex-collaborateur  pour qui visiblement cracher dans la soupe qu’on lui a versée  semble être effroyablement coutumier.

Que voulez vous? Quand on commence à manquer d’inspiration et de talent, on essaye de se mettre en lumière autrement…

Voilà . Ça ne sert peut être à rien de dire tout ça mais ça commençait à peser trop lourd , et comme disait si bien Delpech dans Le roi de rienir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B010Y2PRLK , «  Il faut voyager léger » .

Tâchons maintenant d’ignorer tous ces médiocres. Rassemblons nos jolis souvenirs et parlons un peu de cette belle histoire d’amitié / travail, ou  l’inverse si vous préférez.

C’est ma vérité sur l’album Comme Vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA. Elle  vous est racontée à travers ces quelques articles,  pour ne pas oublier ce bel Auteur -Interprète, et plus personnellement ce merveilleux compagnon de route, mon ami Michel Delpech.

J’ai eu la chance de passer beaucoup de temps avec cet homme brillant. Nous avions une relation que je qualifie souvent de « paternelle/ fraternelle ». Nous  étions  très complices, à l’écoute l’un de l’autre.

Nous réalisions cet album avec le plus grand sérieux mais aussi à la manière de deux mômes qui auraient dit : « On dirait qu’on ferait un disque »

Pour ceux qui auraient raté la  deuxième  partie de ce chapitre, la voici:

Michel Delpech: L’album « Comme vous » chapitre 8 – part 2

La troisième partie de ce 8 ème volet finit de raconter  les séances d’enregistrement de la voix du chanteur au studio Acousti en mai 2004.

Michel Delpech : L’album «  Comme vous » 

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B000E0W3LA&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=laurentfoulon-21ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA

Chapitre 8: Enregistrement de la voix

3 ème partie:

En fin de seconde partie, nous avions zoomé sur les bons, très bons moments de ces séances. Les nombreux fous-rires que nous avons eu ensemble par exemple.

De très bons moments aussi lorsque nous avons chanté ensemble en cabine. Nous avons même entamé un duo sur Y-a-t-il une fille pour l’épouserir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0115J3RI6..peu de gens le savent.

Quelquefois j’étais à ses côtés derrière le micro, casque sur la tête, pour le guider, ou juste être là.

Pour me faire comprendre c’était parfois plus simple de lui chanter en direct comment j’entendais la chanson plutôt que de communiquer via le micro intercom. de la console, ce qui au bout d’un moment peut être lassant.

Michel Delpech, bien qu’excellent chanteur était souvent hanté par le doute, et j’ai la prétention de croire que ma présence à ses côtés en cabine le rassurait.

Parfois je suis resté assis par terre près de lui alors qu’il chantait, juste pour avoir le son direct de sa voix. Cela me donnait plus d’indications sur le phrasé, l’interprétation des mots. Pour cela je décalais discrètement une oreille de mon casque et faisais attention de me mettre à l’abri des micros-espions posés par Christophe Marais,  ingénieur-son de l’album.

fullsizeoutput_102a-300x227

Michel était obsédé, à juste titre, par le placement de sa voix. Rythmiquement parlant, la voix devait être au fond du temps (les musiciens comprendront), c’est à dire idéalement placée. Il me disait : « un bon texte bien placé rythmiquement n’a pas besoin d’être sur-interprété en studio » . J’ai appris ça de lui… et je suis entièrement d’accord.

Sur scène c’est différent, l’interprétation est plus importante que le placement de la voix.

Et puis il pensait qu’en tant que compositeur des chansons, et m’accompagnant à la guitare, j’avais le placement idéal. Il me disait : « Cabrel c’est tout à fait en place parce qu’il s’accompagne à la guitare , moi je ne joue pas d’un instrument donc le placement doit être réfléchi. » 

Je me souviens qu’un jour je l’ai vu mimer la guitare avec ses mains en essayant d’interpréter une chanson, vous savez, comme font les mômes devant la glace.

J’ai pensé : S’il fait ça, ce n’est pas un hasard. Inconsciemment il veut placer au mieux sa voix comme s’il était guitariste.

J’ai arrêté la prise de voix et lui ai lancé l’idée de s’accompagner avec ma guitare, pour l’aider. Il m’a répondu en souriant : Ok mais ça va être un beau bazar, je ne sais pas jouer.

Nous avons donc noué un gros foulard autour du manche de ma guitare pour que les cordes ne résonnent pas, et c’est comme ça que Michel s’est retrouvé derrière le micro avec ma guitare en bandoulière pour faire sa prise de voix. Et ça a marché!

Evidemment, il y avait quelques bruits relatifs au gratouillage de cordes mais Maître Marais a arrangé ça de mains de Christophe!

Quand nous avions décidé qu’une voix était définitive, nous nous penchions sur sa parfaite  mise en place!

Les méthodes numériques d’enregistrement permettent cela maintenant. On peut déplacer la voix en avant ou en arrière dans la bande orchestre. Et là soyons précis, ce sont des micro-déplacements à peine audibles pour une oreille non entrainée, ou alors on a affaire à un chanteur qui ne chante pas du tout en place, ce qui était loin d’être le cas.

fullsizeoutput_116c-300x205

Michel Delpech chantait très en place, mais avait cette obsession du « ça pourrait être mieux » . Nous avons donc passé de longues heures derrière un écran pour optimiser le placement de la voix.

Cette méthode peut parfois passer pour de « l’enc……de mouches » et je crois que Christophe Marais et Ludovic Palabaud , respectivement ingé-son et assistant , nous ont souvent pris pour des « fadas ».

Delpech était pire que moi sur le sujet. Il doutait en permanence du bon placement de sa voix. Alors avant qu’il abdique il nous fallait essayer toutes les solutions que la machine nous permettait de tenter. Ça a pris beaucoup de temps mais il faut bien avouer que le résultat était bluffant.

Certains titres ont pris plus de temps à « caler » que d’autres . Je pense que la palme a été décernée à Sortie de couple (avec Paul et bérengère)ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX72NC . Michel avait une idée très précise du résultat. Personnellement j’ai décroché au bout de la 200 ème écoute…

Ce chanteur là aurait peut être laissé passer une demi fausseté de ton, ou encore un « s » qui siffle un peu trop, mais une mise en place qui ne le satisfaisait pas complètement n’avait pas la moindre chance de rester sur cet album.

fullsizeoutput_1323-300x216

Lorsqu’il m’arrive d’écouter Comme Vousir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B000E0W3LA , je repense à toutes ces heures passées à « optimiser » les voix. J’y pense avec le sourire aux lèvres. Ces instants ou nous étions considérés comme des gentils aliénés parce que préoccupés à sodomiser quelques insectes inoffensifs.

Parfois, en sortant du studio, tard dans la nuit, Michel me disait en riant : «  Les p’tits ( en parlant de Christophe et Ludovic), ils doivent nous prendre pour des malades quand même… ils vont finir par nous détester » . « Je pense qu’ils refuseront de faire un autre album avec moi » 

Pour la petite histoire : Quelques mois avant que Michel nous quitte, alors que je m’apprêtais à lui rendre visite à l’hôpital, Christophe Marais m’a appelé pour me dire : «  Si tu vas voir Michel , dis lui que je l’aime et dis lui aussi combien  j’ai  appris à ses côtés pendant l’enregistrement de Comme vous ».

Capture-d’écran-2017-12-10-à-23.15.03-300x174
Michel entouré de Ludo Palabaud, Christophe Marais, Alain Kohn et moi même, en pleine écoute d’une voix

Pour en finir avec ces séances d’enregistrements de voix:

Nous arrivons bientôt à la fin de ce 8 ème chapitre, les voix sont quasiment toutes posées. Il ne reste que Elle ne passera pas un hiver de plus iciir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX765G que finalement Michel chantera lors du mixage au studio Ferber.

En fait c’est le texte qui est incomplet. Il manque quelques phrases sur un  couplet mais le chanteur est bien trop préoccupé à bien faire ses voix sur les autres titres. Du coup celui là est un peu mis de côté.

Le mot d’ordre est :  Surtout ne pas réitérer l’épisode Cet homme est seulir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX71TW (voir chapitre 8 part 2 en haut de cette page) où une seule phrase a fait douter l’interprète pendant de longues heures.

Il sera bien temps de finir ce texte avant la fin du mixage, et cela permettra de revoir l’ami Pierre Grillet, co-auteur de Elle ne passera pas un hiver de plus iciir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01AMX765G . C’est d’ailleurs lui qui a trouvé les mots manquants chez Ferber pendant que Christophe Marais enregistrait  ma voix pour les choeurs sur cette chanson.

Les visites de Grillet étaient bien agréables. Ce bel auteur dont je parle dans le chapitre 6 s’entendait  à merveille avec l’ami Delpech.

201506111887-full-300x237
Pierre Grillet

Les séances d’enregistrement de voix étaient quasi-terminées. Michel Delpech allait pouvoir rentrer dans son « home sweet home » , le coeur léger, la mine réjouie de quelqu’un qui allait bientôt sortir un album qui lui plaisait, pour lequel il s’était beaucoup investi, un album qui lui ressemble. Un disque d’auteur(s).

On se quitte sur Home Sweet Home (Bataclan Fevrier 2005)ir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0025I6MDE justement. Cadeau!

A bientôt

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *