Belle ambiance au foyer Jean Faveris , Paris 13

 

fullsizeoutput_1ee5-300x196

C’était la quatrième animation de ce mois d’avril pour le compte de SOGERES, société de restauration  collective en établissement de santé, et ça se passait au foyer Jean Faveris à Paris, jeudi 19 avril.

Le foyer Jean Faveris fait partie de l’association « les jours heureux », association dont je parle souvent dans mes articles puisque je côtoie quelques uns des établissements qui en font partie :

La MAS de Noiseau où j’étais il y a peu de temps et le foyer Kellerman où j’interviendrai prochainement.

Animation musicale à la MAS de Noiseau

Cette association ne refuse aucune aide extérieure. Si le coeur vous en dit, je vous laisse ici le lien vers leur site, rubrique « soutien ».

Nous soutenir

La particularité du Foyer d’accueil médicalisé (F.A.M)  Jean Faveris est d’accueillir des personnes handicapées vieillissantes (à partir de 40 ans) en situation de handicap mental,  psychique et éventuellement physique, sans troubles du comportement importants à l’admission.

Certains foyers ne peuvent pas accompagner leurs résidents quand ceux-ci vieillissent et c’est bien malgré eux et le coeur déchiré qu’ils doivent les laisser partir en maison de retraite, maison spécialisée (rare) ou parfois à l’hôpital.

Par exemple, les trisomiques vivent de plus en plus vieux (au delà de 60 ans) et il va falloir répondre à la demande à court terme.

La fondation Perce-Neige a déjà anticipé en créant les « Maisons des ainés » adossées à certains de leurs foyers. Elles permettent aux résidents qui vieillissent de ne pas être séparés, ni traumatisés, et de finir leurs jours ensemble dans des maisons spécialement adaptées pour eux.

L’association « les jours heureux » a depuis longtemps anticipé, avec pour bel exemple le Foyer Jean Faveris, foyer médicalisé qui garde en son sein ses résidents jusqu’au bout de leurs existences.

Je croise régulièrement des trisomiques âgés dans certains EHPAD. Ils sont « entre eux » car souvent pas bien acceptés par les personnes âgées. Méconnaissance, manque d’information, autre époque…

L’animation du jour :

Quand je me déplace au foyer Jean Faveris c’est toujours le coeur en fête. Je sais que l’accueil va être incroyable, que les résidents seront très nombreux dans la salle du RDC, que les encadrants, soignantes  et animatrices seront présentes et participeront volontiers aux chants et aux danses proposés.

Je ne leur rends visite qu’une fois par an, à l’occasion d’une animation offerte par SOGERES (anciennement Sherpas), donc les résidents sont hyper contents de me retrouver chaque année, et c’est réciproque. C’est un événement pour eux comme pour moi.

L’an passé c’était une grosse fiesta:

Grosse Fiesta au foyer Jean Faveris Paris 13

Quand il y a du monde, quand ça bouge, je prends une sono. C’est ce que j’ai fait jeudi dernier. Je suis donc arrivé à 14h, soit une heure avant le coup de feu, pour m’installer tranquillement.

En passant le portail j’ai tout de suite aperçu Richard au bout de l’allée. Richard, résident dont je parle systématiquement dans les articles concernant ce foyer depuis quelques années, Richard atteint de myopathie, très attachante et brillante personne, un homme émotif et émouvant.

Richard savait que je venais et il était donc aux aguets dans son fauteuil électrique, sourire aux lèvres et larme à l’oeil.

fullsizeoutput_1f07-169x300

Je suis descendu de voiture et suis allé de suite échanger quelques mots avec lui avant de m’occuper de mon matériel.

Avant que je puisse saluer l’ami Richard, le directeur du Foyer est sorti pour me souhaiter la bienvenue. Pas mal non? Je trouve que ça ne manque pas de classe, bien au contraire, et c’est assez rare croyez moi. Merci monsieur le directeur!

Voilà un établissement qui est vraiment content de m’accueillir et qui ne le pourrait sans doute pas sans le petit coup de pouce de nos amis de chez SOGERES!

sogeres-logo-pantone-390-baseline-300x81

L’installation :

La salle était prête, les sièges à leurs places et l’ équipe d’animation  s’affairait encore à dresser la jolie table qui allait recevoir le sacro-saint goûter.

Nancy, l’animatrice du foyer  m’a accueilli chaleureusement et les quelques résidents qui rejoignaient la salle en avance m’interpellaient individuellement pour que je vienne leur dire bonjour. Ils étaient tous très élégants, à l’image de Jean – Jacques « chemise cravate et gilet », tout sourire et fier que je lui dise que je le trouvais bien beau.

Je suis toujours extrêmement touché par leur souci de « se faire beaux et présentables » quand je leur rends visite. C’est aussi pourquoi, je tiens toujours à être à la hauteur en prenant 5 minutes pour me changer  avant de commencer à chanter.

J’étais vraiment heureux de les voir tous débarquer dans la salle d’animation.

J’entendais des « bonjour Laurent » tandis que je branchais ma sono, je me retournais et voyais leurs visages souriants, ceux d’Alex, de Francilie, de Soussanne, de Christian, de Martine, de Simine, d’Eliane, et celui de mon copain Jacques-Daniel que je m’amuse à appeler Johnny Walker…

Cet homme là me saute au cou quand il me voit. J’ai l’impression qu’on s’est vus la veille. Aussitôt il reprend la discussion que nous avons eue l’an passé: « Laurent , je t’invite à ma retraite, tout est prévu, les cartons sont prêts, tu viens avec moi… »

Moi franchement je trouve ça très agréable. J’arrive dans un endroit où je ne vais qu’une fois par an, on m’ accueille comme si j’étais le Messie, on m’embrasse, dans le vrai sens du terme c’est à dire on me sert dans les bras, on me dit des gentilles choses du genre «qu’est ce qu’on est contents que tu sois là », et là je me dis que j’ai beaucoup de chance et que je fais un drôle de joli métier.

Les relations de ce type n’existent que dans les foyers, qu’ils soient médicalisés ou non. Un foyer de vie, d’hébergement ou un FAM (Foyer d’accueil médicalisé) comme c’était le cas ce jeudi, me réservent toujours un accueil de ce type.

On n’y croise pas d’hypocrites ou faux-culs, pas de « lèche bottes » non plus. Juste des gens sincères qui savent se réjouir d’un moment de fête avec 100 % de bonheur et 100% d’amour à offrir en échange.

L’affiche posée dans le hall d’entrée m’a une fois de plus conforté dans l’idée que le service « animation » du Foyer Jean Faveris est à la hauteur. L’affichage est juste en face des ascenseurs, et donc immanquable.

IMG_3424-209x300

Une affiche c’est très important pour tous les résidents, quelque soit l’établissement, Foyers, Ehpad, MAS, FAM… Une affiche est un repère pour eux, et une belle affiche fait plaisir à voir, elle met du soleil dans les coeurs avant les festivités et continue d’en distiller quelques jours après.

Hélas l’affiche est en voie de disparition dans les établissements de santé, notamment dans les EHPAD.

L’animation :

DSC02631-300x200

Après les joyeuses retrouvailles, une fois les branchements et autres « câbleries »  effectués, je peux enfin chanter, et surtout chanter avec eux.

Là encore ce n’est que du bonheur!

J’attaque avec « Wight is Wight «  et ça part au quart de tour, à fond ! Ils chantent , ils tapent dans leurs mains, ils connaissent les paroles. Tout est au top.

On part sur Joe Dassin? pas de problème, même grosse ambiance quelque soit le titre.

Claude François? Ok , aussitôt  j’ai du monde pour faire les Clodettes, résidentes, référantes et soignantes.

fullsizeoutput_1f0b-300x226

fullsizeoutput_1eef-300x200

Marc Lavoine? Pas de soucis ils connaissent! Le plus surprenant est Alex, certainement un des doyens de l’établissement. Elle a les yeux revolverir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0025MHBYY par coeur le Alex! A la fin je l’ai fait ovationner par toute l’assistance! Il était bien content et surtout fier de lui l’ami Alex.

fullsizeoutput_1eec-179x300

Et on enchaîne plein de trucs différents, ils suivent. Je passe de Bob Marley à Pierre Perret à la demande d’un résident et tout va bien.

Quelques duos de choc ce jour là:

fullsizeoutput_1ede-200x300Christian, le résident qui m’a demandé du Pierre Perret est venu chanté en duo « la cage aux oiseaux » avec moi . J’avais prévu un micro à prendre à la main pour l’occasion.

fullsizeoutput_1f05-174x300

Richard me demande un hommage à Johnny. «  Pas de problème Richard, tu vas lui rendre hommage toi même » … et nous voilà parti tous les deux dans un duo endiablé sur Toute la musique que j’aimeir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B003IWF8RM .

fullsizeoutput_1ed9-234x300

Jacques-Daniel a chanté Pour un flirt en duo, sans micro, en me tenant par le cou et profitant ainsi du son de mon micro serre tête. Malin le Jacques!

Nous avons terminé par une farandole sur l’air de La ballade des gens heureuxir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B0044LOPE8, transformée en la ballade des jours heureux. Chenille mélangée de résidents et d’encadrants qui a déambulé de la salle d’animation jusqu’au hall d’entrée. La prochaine fois nous rendrons visite au directeur… Ce dernier n’est pas venu chanter cette fois-ci mais si j’avais entamé une Bretonnerie du genre « Tri Martolod » il aurait accouru pour chiper le micro. L’an passé nous avions chanté Santianoir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B00B0CL5OC ensemble.

fullsizeoutput_1edf-300x205

J’ai eu droit à une belle ovation en terminant mais surtout à de jolies paroles. L’animatrice Nancy leur demande à tous de dire à chaud ce qu’ils ont pensé de moi et de mon intervention et de prendre la parole debout en public pour ce faire.

Et là, que de belles choses entendues … Je n’en citerai qu’une seule : Alex, qui a chanté les yeux revolver, prend la parole et dit : « Je remercie Laurent pour avoir bien chanté  et je le remercie surtout d’être mon copain... »

Le goûter:

Comme  la température avoisinait les 30 degrés, les résidents on gouté à l’extérieur, à l’ombre, en terrasse. Bonne initiative pour eux comme pour moi. J’ai pu ainsi ranger mon matériel en toute tranquillité et donc relativement vite.

Ce qui m’a permis de les rejoindre quelque minutes plus tard, guitare en bandoulière, en version Unplugged  comme on dit ou « Débranché » si vous préférez, pour fredonner quelques titres de plus avec eux.

Nous avons chanté un très joli Foule sentimentaleir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B002535OZ6 d’après goûter. Nous avons aussi papoté, notamment avec Richard, Eliane, Virginie, Jacques-Daniel, Alex, Jean-Jacques, Martine, et les deux frangines Soussanne et Simine. Deux très sympathiques encadrants, Agnès et Marc, étaient présents et j’avoue qu’en les observant travailler j’ai noté beaucoup d’amour dans leurs gestes avec les résidents.

fullsizeoutput_1f2a-300x216

Après avoir pris quelques photos-souvenirs l’heure de se dire au revoir est arrivée. C’est un moment mélangé de joie et de peine que je n’aime pas.

On se dit Bravo! J’entends des « Quand reviens tu? » , je ne peux pas donner de réponse précise, j’entends des « c’était vraiment super » et aussi des «  c’est triste que tu partes ».

A un moment, j’ai entendu Jacques-Daniel qui croyait que je n’étais plus là, dire: « Il est parti Laurent? Mince alors il aurait pu dire au revoir ce Chameau! » Tout le monde a éclaté de rire et moi aussi. Je suis allé le voir et il m’a dit « Parce que ça m’aurait fait de la peine que tu partes sans me dire au revoir » ! Et aussitôt il m’a pris dans ses bras.

Jacques-Daniel est trisomique, donc entier et direct, et même vieillissant il reste très affectueux et émotif, comme le sont dans 99 % des cas les personnes trisomiques.

Après quelques embrassades, j’ai regagné la voiture sur le parking. Mon copain Richard, les yeux mouillés, est resté jusqu’au bout pour parler encore et encore un peu avec moi. Jusqu’à ma fenêtre de portière ouverte.

Lorsque j’ai allumé le contact de la voiture, la chanson de ma playlist qui arrivait était Il est où le bonheurir?t=laurentfoulon-21&l=am2&o=8&a=B01BT7UC5K alors je n’ai pas pu m’empêcher de monter le volume et de descendre de mon véhicule pour faire quelques pas de danse sur le parking en chantant avec les trois ou quatre résidents qui restaient dispersés.

Quelques personnes travaillant dans les bureaux ont ouverts leurs fenêtres, sourires aux lèvres et pouces levés!

Et c’est au troisième refrain que j’ai passé le portail, avec dans mon rétro l’ami Richard au bout de l’allée qui me faisait coucou de loin. A bientôt Richard, à bientôt mes amis du foyer Jean Faveris.

Je pense à vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *