Histoires de Chansons : Dans Chatou qui dort

 

screenshot3-copie-300x182

Après avoir raconté l’histoire de l’album Comme Vousir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0025IFBT0 en 11 chapitres, il m’est venu l’idée, tant que ma mémoire ne me joue pas encore de vilains tours, de détailler les chansons de ce disque, une à une, de l’écriture jusqu’à la diffusion/promotion, en passant par l’enregistrement.

Mon ami chanteur/auteur manque à bien des gens, je le sais, je l’entends, on me le dit. Ces histoires de chansons ont pour but de mieux vous le faire connaître, notamment son côté auteur, pas assez mis en valeur dans les médias.

Les deux premières chansons à être décortiquées et mises à nue ont été Comme vousir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J30TC et Elle ne passera pas un hiver de plus iciir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3LW8 , voici donc le 3 ème volet des histoires de chansons figurant sur cet album de Michel Delpech, avec ce titre que j’affectionne particulièrement et qui est de loin le préféré de mon épouse, alors ça compte!

 

Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE

Paroles : Michel Delpech et Pierre Grosz/ Musique : Laurent Foulon

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B0025IFD1G&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=monsitein09d1-21ir?t=monsitein09d1-21&l=am2&o=8&a=B0025IFD1G

  • De l’écriture à la composition :

Le texte :

Pour tout vous dire , les paroles de cette chanson datent un peu. Elles ont été écrites à la fin des années 80  à quatre mains avec Pierre Grosz :

pierre-grosz-grand-nom-de-la-chanson-300x169

«  Cet homme étrange , dans un déshabillé orange… »

Bien sûr je ne parle pas de Pierre, mais de la chanson L’homme orangeir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B072PS37V7  de Michel Jonasz. C’est un des très nombreux textes que Pierre Grosz a écrit pour lui. Parmi les succès de ce chanteur-compositeur qui swingue on peut citer quelques titres signés P.Grosz :

Je voulais te dire que je t’attendsir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B073PL54GF qui a également eu un énorme succès outre atlantique par la voix de Diane Dufresne

Mais aussi  Changez toutir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0728JLJXZ, et le magnifique Les vacances au bord de la merir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B00CUVJGJ8.
Pierre a également écrit pour Michel Polnareff, Elsa, Françoise Hardy, Catherine Lara, entre autres, et c’est lui qui a adapté en français cette chanson de Meccano :Une Femme Avec Une Femme (Mujer Contra Mujer)ir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B006JGES6G

Avec Michel Delpech il a notamment co-signé Bombayir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115IX8GS. Très jolie chanson dont la musique a été composée par Claude Engel. J’adore ce titre.

Les corbeaux crient dans le ciel rouge
Des femmes en sari se baignent
Le soir descend, c’est la fête de Holi
Devant la mer phosphorescente
Il y a des gens qui rient
En se lançant de la peinture
Et des feux allumés
Pour tout à l’heure quand il fera nuit
Ce soir, on chante qu’on est vivant
Dans la lourde chaleur du port
Dans les rues envahies
De chariots et de mendiants….
J’adore. On voyage en fermant les yeux en écoutant cette chanson.
Voilà pour Pierre grosz. J’aime cet homme là. Un auteur à l’ancienne, précieux et atypique, qui prend le temps de peser chaque mot. Un homme dont le bureau ressemble à une bibliothèque qui aurait subi un tremblement de terre… La douceur de sa voix et sa sensibilité m’ont beaucoup touchées.

J’ai eu le bonheur de commettre deux chansons et demi ( la demi étant juste une ébauche) avec lui. Ces chansons là sont restées inédites… et comme me disait si justement Pierre : Une bonne chanson n’est jamais enterrée, la preuve avec Chatou, alors gardons espoir.

Pour tout vous dire, Michel et Pierre avaient cherché des compositeurs potentiels pour Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE lorsqu’ils l’ont écrite. Aucun n’a réellement fait l’affaire et c’est tant mieux pour moi qui finalement a obtenu leur agrément en 2004.

Je crois même que Tony Levin s’y était collé… Pour ceux qui ignorent qui est Tony Levin, sachez que c’est un des meilleurs bassistes du monde, ses références : King Crimson et Peter Gabriel depuis 30 ans même plus !

531d18fabe8322ff40fec4a3ffbf98b2-tony-levin-chapman-stick-300x298
Tony Levin jouant du stick Chapman

Etant fan de Peter Gabriel, je l’ai vu un nombre incalculable de fois sur scène et j’étais totalement dingue de la manière dont jouait le bassiste T.Levin, et là quand on parle de présence scénique et de charisme, attention les yeux!

Michel m’a appris que Pierre Grosz était ami avec lui, c’est d’ailleurs Pierre qui écrivait les petits speechs que  Peter Gabriel lisait en français lors de ses concerts parisiens. Tout ça pour dire que je ne suis pas peu fier que l’on m’ait confié une chanson à composer après Tony Levin!

Je reparlerai de cette homme là plus bas lorsque je parlerai des séances d’enregistrement.

La musique :

Il n’y a eu qu’une seule version, adoptée immédiatement par l’interprète. J’ai composé la mélodie très vite, d’un seul trait.

Le but est toujours pour moi de trouver une mélodie qui raconte bien le texte. En ce qui concerne Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE cette volonté était démultipliée.  Il y a une telle douceur dans l’écriture, dans ce que nous  renvoient les mots, que la moindre brutalité musicale aurait tout gâché.

Je tenais aussi à ce que Michel mette énormément de tendresse pour chanter ses mots. C’est un peu sa marque de fabrique d’accord , mais je souhaitais que la mélodie et les arrangements musicaux soutiennent au maximum une interprétation en douceur. Certainement qu’inconsciemment  je voulais retrouver la magie qui se dégage des « divorcés ».. et peut être que l’harmonica sur « Chatou »  n’est pas totalement un hasard.

Les divorcés : magnifique ! tout y est , paroles, musique et arrangements musicaux . Ces 3 ingrédients réunis – et indissociables – ont fait de cette chanson, au delà du succès qu’elle a eu à l’époque, une chanson  intemporelle ! Le sujet de société remarquablement avant gardiste pour l’année 1973, les arrangements de Bill Shepperd (arrangeur des Bee Gees) et la douceur de l’interprétation !

A-411882-1349604892-3136.jpeg-210x300
Bill Shepherd

Chaque fois que je l’écoute j’ai des frissons et lorsque Michel la chantait sur scène en 2004/2005 , j’étais derrière le rideau, absorbé par son interprétation que je trouvais encore plus belle à l’âge qui était le sien.

Allez, avant de refermer la parenthèse sur les divorcés, je vous offre la très jolie version  « Bataclan », à mon avis l’une des meilleures.  J’étais là, pas très loin en coulisses côté jardin, assis par terre, et j’écoutais Michel et Gérard Bikialo (piano).

 

Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE c’est le contraire du divorce, même à l’amiable. C’est la vie simple d’un couple amoureux. C’est une déclaration qui dit : «  j’aime la vie avec toi » . Mais j’y trouve la même douceur  que dans les divorcés .

  • Les séances d’enregistrement :

les guitares :

Avant chaque enregistrement, je faisais tourner la chanson, guitare sur les genoux, dans le petit salon confortable du studio Acousti, pour faire découvrir le morceau aux musiciens et donner quelques orientations.

Certains musiciens prenaient des notes, d’autres comme Eric Sauviat et Bertrand Belin n’en éprouvaient pas le besoin. Ils faisaient à l’instinct et j’aime beaucoup.

C’est de ces deux là dont il s’agit pour cette chanson. Eric, guitare folk « Martin » sur les genoux, Bertrand , guitare Nylon sur les siens, et moi , Takamine dans les mains, nous faisons tourner la chanson. Michel assis  près de nous dans un fauteuil, nous accompagne en chantant.

Dès qu’on a une piste, on la garde et on améliore. La structure de cette chanson n’est pas si évidente, moi même il m’arrive de me planter.

L’apport de la guitare « nylon » de Bertrand a été  pour beaucoup dans l’enrichissement harmonique de l’ensemble.

Ma guitare, jouée avec les harmonies de la composition, fait le lien, le chainon manquant! Elle semble presque inutile au milieu des deux autres, mais si on l’enlève (on a essayé) la chanson devient bancale. Y a que sur scène que ça marche.  C’est toute la magie de la musique!

Capture-d’écran-2017-11-11-à-16.32.38-300x235
dans le salon de travail du studio acousti

 la basse :

Il n’y en a pas dans cette chanson me direz vous, et vous aurez raison, vous dont l’oreille ne peut pas être trompée (pour ceux qui connaissent bien ce titre).

Et pourtant on en a enregistré des basses! On a tout essayé!

Bernard Paganotti (Paga pour les intimes), immense bassiste qu’on ne présente plus, était pressenti pour jouer la basse sur cette chanson. J’imaginais plutôt une basse acoustique dont l’ami Paga, fidèle musicien  de Francis Cabrel a usé et abusé. Un truc qui ressemble à ça:

takamine-tb10-300x160
Basse acoustique Takamine TB 10

Bernard a donc joué de cet instrument. Nous avons écouté et nous pensions que ça n’amènerait rien de plus à la chanson. Donc une basse électrique peut être ? pareil… Alors une contrebasse ? Paga se réjouissait car il sortait toutes ses basses pour nous plaire … Contrebasse , pas mieux.

Et puis j’ai regardé son impressionnant matériel exposé, et me suis souvenu de Tony Levin (dont je parle plus haut). J’ai demandé à Bernard s’il jouait du Stick Chapman , il m’a répondu « ouais j’en ai un mais faut dire à personne que j’en joue sinon on va m’appeler pour ça et je ne maitrise pas assez l’instrument pour me permettre de dire que je suis un joueur de stick… mais pour vous faire plaisir je veux bien essayer».

Capture-d’écran-2017-11-09-à-12.40.02-137x300
Paga et son stick pendant l’enregistrement de « Chatou » ou de « cet homme est seul » , je ne sais plus.

Au final nous n’avons gardé aucune basse. Non pas qu’elles étaient mal jouées vous pensez bien, nous avions la chance d’avoir avec nous un des tout meilleurs bassistes, mais simplement que le morceau tournait mieux sans. Juste des sonorités de guitares mélangées nous convenaient mieux et la chanson prenait tout son sens dans cette « coolerie  guitaristique ».

J’étais juste désolé pour l’ami Paga qui y avait mis tout son talent.

l’Harmonica :

La séance d’Harmonica je l’ai déjà racontée dans le chapitre 7 part 2, à lire ou à relire:

Michel Delpech: L’album « Comme vous » chapitre 7- part 2

Ce qu’il faut en retenir est que je me suis retrouvé un peu contre mon gré à jouer un harmonica sur cet album, moi qui suis très loin d’être harmoniciste, mais Michel y tenait beaucoup et je ne pouvais pas lui refuser ce plaisir.

Je viens , à l’occasion de l’écriture de cet article, de re-visionner les séances d’enregistrement et notamment celle où l’on cherche la meilleure ambiance d’harmonica possible. Je suis derrière le micro , dans la vaste pièce prévue pour les musiciens, l’ami chanteur de l’autre côté de la vitre, près de l’ingénieur du son. J’essaye des trucs … les gouttes de sueur perlant sur mon front… Michel faisant des commentaires « plus comme ceci moins comme ça, plus cool, moins de notes etc… » ça me fait tout drôle de revoir ces images là et d’entendre le rire de mon ami absent.

Le chanteur parlons en justement :

1060x800-300x226

Une fois que tous les instruments ont été posés sur la bande, les fameuses flûtes effacées (voir comme vous chapitre 7 part 1), il était temps pour le chanteur de passer en cabine. Christophe Marais fait les réglages micro qu’il faut car Michel a décidé de la chanter assis sur un tabouret. J’abonde dans ce sens avec une joie non dissimulée et je m’installe à mon tour derrière la vitre, devant la console.

Je ne suis pas resté très longtemps assis car Michel Delpech nous a offert une seule prise de voix!

A la fin de la prise, je lui dis : « Viens écouter » , il me répond «  j’vais peut être en faire encore quelques unes avant d’écouter non? »,  je réponds : «  euh non je ne crois pas que ça sera nécessaire ».

Et c’est bien cette « voix » unique que nous avons gardée en définitif. Un seul enregistrement!

Michel était heureux. Lui qui avait tellement l’habitude de refaire au moins une phrase ou deux qui ne lui convenaient pas tout à fait, cette fois-ci, nous avions tout. Ce jour là nous nous sommes couchés plus tôt… vers minuit.

Capture-d’écran-2017-12-10-à-23.11.19-300x232

  • Les pires et meilleurs moments concernant cette chanson

Les pires moments:

Un seul moment pénible concernant cette chanson. C’était  lors de la promotion de l’album. Nous enchainions les tv et radios, le plus souvent possible en live!

Cette fois- ci nous enregistrions une émission live acoustique pour TV5. Ça se passait au studio Guillaume Tell à Suresnes, une des mecques des studios d’enregistrement parisiens.

Ce jour là, je suis au fond du lit avec 40 de fièvre. Une grippe carabinée… mais bon j’y vais quand même. Pas très prudent de conduire jusqu’à Suresnes dans mon état fiévreux mais bon.

En arrivant, l’ambiance n’est pas excellente entre les musiciens et moi… je ne sais pas pourquoi et je ne saurai jamais, peu importe. J’explique à tout le monde que j’ai la grippe, bref, Michel enregistre son interview et ensuite nous jouons 4 titres de l’album : Comme vousir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J30TC, Fuir au soleilir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B07VHX7GSG, Sortie de couple (avec Paul et bérengère)ir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J2O1M et Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE.

Les trois premiers titres se font en une seule prise, un régal pour le chanteur tellement les versions acoustiques sont fluides et musicales.

J’assure tant bien que mal les choeurs quand il y en a besoin et je reste malgré tout concentré sur mon jeu de guitare. La maquilleuse est obligée de me faire des raccords maquillage entre chaque titre car je transpire ma grippe à tout va. Je ne suis pas bien du tout et c’est un effort surhumain pour ne pas tourner de l’oeil.

En revoyant les images aujourd’hui des quatre chansons, on a l’impression que je fais la gueule, c’est affreux!

Je sens Michel agacé par tout se remue ménage me concernant, ce qui n’arrange rien.

Arrive la dernière chanson : Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE.

J’avais prévu qu’on la joue avec une seule guitare et mon harmonica. Sauf que ma tête à l’envers a oublié mon harmonica. Nous voilà donc obligés de la faire à deux guitares.

Cette chanson n’est pas facile à jouer quand on n’est pas un « vrai » guitariste, et avec 40 de fièvre ça se corse!

Bref, première prise , je plante vers les deux tiers de la chanson. On refait, deuxième prise, je re plante  et ainsi de suite. Nous arrivons au terme de la 4 ème prise.

Michel est tendu car il est obligé de rechanter avec nous à chaque fois.

Le second guitariste , au lieu de me soutenir, en profite pour me vanner «  c’est bien toi qui l’a composée? tu devrais savoir la jouer » …etc… et que je soupire et hausse les sourcils pour bien montrer que le compositeur n’assure pas…

C’est vrai que pour certains musiciens c’est difficile d’accepter d’être dirigé par quelqu’un qui n’a pas le bon niveau technique… et qui joue moins bien. Je comprends. Tout est une question d’ouverture d’esprit que certains ont, d’autres non… ça fait aussi partie du talent me semble t il.

Globalement je me suis bien entendu avec tous les autres. Surtout ceux qui ont joué sur l’album.

Michel n’a pas eu un seul regard vers moi pendant le cinquième et dernier enregistrement de Chatou. On le voit nettement dans l’extrait vidéo ci-dessous. Il règne une tension palpable. Cette séance au studio Guillaume Tell aurait dû rester un beau souvenir. Ce n’est pas le cas.

 

Les meilleurs moments:

Beaucoup de bons souvenirs mais je vais en souligner trois:

  • Les flûtes :  A la base nous avions prévu des flûtes comme instruments additionnels sur ce titre. Finalement nous ne les avons pas gardées (je raconte tout ça dans le chapitre 7 part 1 ci-dessous). Ces flûtes là  auraient pu être notre cauchemar mais au bout du compte cela reste un bon souvenir et je suis certain que si Michel était encore des nôtres on en rirait volontiers tous les deux.

Michel Delpech : L’album « Comme vous » chapitre 7- Part 1

 

  • La rencontre avec Pierre Grosz :

Ça s’est passé pendant la pré-production de l’album, chez Vincent Perrot (pas le fou du volant, l’autre, le talentueux bassiste) en petit comité.

Michel avait convié Pierre à nous rejoindre un moment lors des enregistrements de pré-production à Vincennes chez l’ami Vincent. Pierre étant voisin, il n’a eu aucun mal à venir découvrir sa chanson. Il était prévenu que le texte de «  Chatou » avait enfin trouvé sa mélodie mais il n’avait pas entendu la maquette.

Plutôt que de lui faire découvrir sur bande, Michel et moi décidons de la jouer live pour lui.

Je prends la guitare et m’assois face à lui, Michel Delpech se tient à ses côtés et lui chantonne presque à l’oreille. Et là je vois cet auteur magique qui s’allume, des larmes de joie dans les yeux. Chaque phrase chantée le faisait à la fois sourire et pleurer.. Ce moment m’a profondément touché pour mille raisons mais à chaque fois que j’ai  revu  l’ami Pierre Grosz, je l’ai regardé avec des yeux qui se souviennent de ce moment…

  • Mariage :

Pour la petite histoire, je me suis marié en juin 2016. A l’occasion de la soirée musicale de notre mariage, mon épouse et moi avons chanté Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE pour ouvrir les festivités car ce qu’elle raconte nous va bien.

Evidemment c’était aussi un hommage rendu à l’absent, pour que personne ne l’oublie au cours de cette soirée tellement belle et importante !

Pas d’harmonica pour moi sur cette version mariage, juste une guitare sur les genoux, et une autre jouée par des mains plus sures que les miennes, celles de notre ami Nicolas Perrot (Nikow pour les intimes).

Nous avons mélangé nos deux voix sur cet air que nous adorons, et les paroles de notre bel ami disparu quelques mois auparavant se sont envolées sous forme de volutes d’amour du côté de l’au-delà…pour notre « témoin » manquant.

fullsizeoutput_708-300x199

Promotion et concerts :

Un jour que j’étais au volant de ma voiture , j’ai entendu Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE à la radio. C’était tellement improbable car cette chanson n’était pas désignée comme single (donc passable sur les ondes), et puis elle passe vraiment hyper bien en radio… cette chanson fait du bien. Je suis resté là, coincé dans les bouchons, les yeux mouillés de bonheur .

Durant la tournée promotionnelle de l’album Comme Vousir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0025IFBT0 , Michel et moi  avions décidé que  Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE serait l’ultime rappel, au cas où… à savoir que si le public ne l’avait pas rappelé deux fois, nous n’aurions pas joué cette chanson, et puis nous pensions qu’elle était un joli cadeau final pour le public.

Contrairement à ce que nous imaginions, dès les premiers accords , les gens réagissaient, puis s’en suivaient quelques applaudissements  dès les premiers mots. Cela voulait dire qu’ils la connaissaient et l’appréciaient, plus simplement que le public «  comme vous «  était dans la salle .

J’ai toujours aimé parler du public « comme vous » en comparaison avec le public « chez laurette ». Les deux ne sont pas incompatibles mais avec Comme Vousir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0025IFBT0 Michel avait su toucher un nouveau public, plus jeune et toujours populaire d’une part, mais certainement aussi un public qui écoutait autre chose que la variété française.

C’est donc sur Dans chatou qui dortir?t=laurentfoul04-21&l=am2&o=8&a=B0115J3XJE que Michel me présentait au public. Cela veut dire qu’en cas de « non rappel » je n’aurais pas été présenté. Les risques étaient limités tant le public aurait voulu garder ce bel interprète de longues heures encore avec lui.

Lors du festival d’ Aix en Provence , Michel Delpech a décidé de me présenter sur les premiers accords de la chanson plutôt qu’à la fin. Je vais paraitre prétentieux mais je ne sais pas pourquoi et ne saurait sans doute jamais pourquoi, le public s’est déchainé à l’annonce de mon nom…c’en était presque gênant , les musiciens ont dû prolonger l’intro, Michel a attendu gentiment que les applaudissements s’estompent puis a commencé à chanter.

Je me souviendrai toute ma vie de ces applaudissements surprenants et généreux, du regard complice et admiratif du chanteur, et forcément de ma joie intérieure. Aix en Provence a été de loin notre meilleur concert sur la tournée, avec la meilleure équipe musicale et technique.

 

Je suis assez étonné que la municipalité de Chatou (78) n’ait pas, à l’occasion de la sortie de cette chanson, proposé à Michel Delpech d’être citoyen d’honneur de cette jolie commune, d’autant plus qu’il habitait tout près. Mais peut être ignoraient ils cette chanson ? Ou peut être l’ont ils fait et je ne suis pas au courant?

Gratter ma mémoire pour écrire à propos de cette chanson a fait remonter en moi le manque de mon ami chanteur.

Ses appels à n’importe quelle heure, nos nombreux sms, son humour, nos confidences, nos fous rires, nos bons restaus, les longues heures sur les routes ensemble, ses conseils précieux, son côté paternel,…tout ça me manque terriblement et je vous jure qu’il n’est pas un jour que Dieu fait sans que je pense à lui.

Continuez d’écouter ses chansons, ça le rend vivant!

Capture-d’écran-2017-12-10-à-23.16.36-300x198

PS :  Vous venez de lire cet article. Si vous aimez cette chanson, merci de la faire connaître au plus grand nombre, autour de vous, sur les réseaux sociaux etc… Cette chanson est faite pour vivre !

Je remets ici les liens Mp3 « Amazon »  pour vous la procurer.

Dans chatou qui dortir?t=monsitein09d1-21&l=am2&o=8&a=B0025IFD1G

q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=B0025IFD1G&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=monsitein09d1-21ir?t=monsitein09d1-21&l=am2&o=8&a=B0025IFD1G

Merci de votre fidélité.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *